Réduire l'impact environnementale du numérique

Il faut absolument réduire l’impact environnemental du numérique

bpifrance verdikt plateforme numérique responsable
verdikt BPI PIA plateforme numerique responsable
Verdikt : Incubé dans le Founder Program-Batch 9 de la station F

Verdikt est soutenu par
le Programme d’Investissements d’Avenir opéré par BPI France

Verdikt est incubé dans
le Founder Program-Batch 9

 

Il faut absolument réduire l’impact environnemental du numérique


En 2019, selon l’étude « Empreinte environnementale du numérique mondial » de Green IT, l’impact environnemental du numérique était déjà l’équivalent :



  • De 116 millions de tours du monde en voiture pour les émissions de gaz à effet de serre,
  • De 242 milliards de packs d’eau minérale en consommation d’eau,
  • De 82 millions de radiateurs électriques allumés en permanence en consommation d’électricité.

Ces sources d’impact du numérique proviennent, par ordre décroissant de :

  • La fabrication des équipements ;
  • La consommation électrique de ces équipements ;
  • La consommation électrique du réseau ;
  • La consommation électrique des centres informatiques ;
  • La fabrication des équipements réseau ;
  • La fabrication des équipements hébergés par les centres informatiques (serveurs, etc.).

Ces chiffres montrent bien que l’informatique tient une part importante dans la pollution due à l’activité humaine, et que réduire l’impact environnemental du numérique peut nettement contribuer à la baisse de la pression anthropique. Oui, mais comment ?


La feuille de route du gouvernement pour réduire l’impact environnemental du numérique


Le gouvernement français a bien pris conscience de l’enjeu et, fin 2020, il a dévoilé sa feuille de route pour réduire l’impact environnemental du numérique.

Les grandes lignes directrices en sont :

  • La valorisation de la chaleur émise par les Datacenters qui peut être récupérée pour chauffer des logements, des bureaux ou encore des piscines ou des serres
  • L’accompagnement des PME et TPE à une conversion au numérique durable
  • Une enveloppe de 300 millions d’euros pour les start-ups du Green Tech qui proposent des solutions pour réduire l’impact environnemental du numérique
  • L’incitation au réemploi et à la réparation avec une baisse de la TVA sur les téléphones reconditionnés et la mise en place, en janvier 2021, d’un indice de réparabilité pour les ordinateurs et les smartphones
  • Des préconisations pour la réduction du poids des sites Internet avec réduction, voire suppression des vidéos en lecture automatique et pour la gestion raisonnée de la qualité des images

Ce ne sont évidemment que des lignes directrices qui ne donnent que peu de solutions concrètes pour réduire l’impact environnemental du numérique de son entreprise.

Seule une analyse préalable de l’empreinte carbone de l’entreprise pourra permettre de faire ressortir les leviers possibles de réduction d’impact et, de là, pouvoir identifier les moyens d’action les plus pertinents.

Les moyens d’action les plus efficaces pour réduire l’impact environnemental du numérique avec Verdikt

Afin de rendre la conversion à un numérique durable accessible à toutes les entreprises, Verdikt, une start-up du Green Tech, a mis au point une plateforme logicielle nouvelle génération.

Avec un accompagnement de A à Z, Verdikt dresse un portrait de l’entreprise à partir des données collectées et de leur comparaison avec les indices relatifs à l’impact du numérique les plus pertinents.

Sur la base de ce portrait, la plateforme va pouvoir dégager les leviers d’action propres à l’activité et au fonctionnement de la société analysée pour proposer des solutions adaptées qui permettront de réduire efficacement l’impact environnemental du numérique.


 

Cultivez un numérique responsable

ConfidentialitéGlossaire Mentions légales
CHHL – R.C.S Nanterre 889.631.123.00011
Verdikt 2020 – Tous droits réservés

Syntec numerique Verdikt numerique responsable
Planet Tech Care Verdikt numerique responsable